Portrait d'expat

Un jeune expatrié au cœur de l’ancien Saigon

3 février 2017
Thibault, étudiant expatrié français au Vietnam

C’est dans sa chambre, située dans le district 12 de la ville d’Ho Chi Minh City (Vietnam), que Thibault nous accorde une interview. Cet étudiant en école de commerce est arrivé en septembre dernier au Vietnam dans le cadre de ses études. Professeur assistant à la Saigon Technology University, il est chaque jour au contact de la population locale. Six mois après son arrivée, il nous confie être séduit par cette ville en perpétuel mouvement et surtout par ses habitants d’une extrême bienveillance.

Thibault, un expatrié français séduit par le Vietnam

Rencontre avec cet altiligérien qui, malgré son jeune âge, a déjà une belle expérience de voyageur derrière lui.

Bonjour Thibault, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle donc Thibault Figuet, je suis originaire de Haute-Loire, j’ai 23 ans. Je suis actuellement au Viet-Nam pour mes études. Dans le cadre de mon parcours universitaire au sein de l’école de commerce de Marseille, la Kedge Business School, je devais faire 6 mois de stage à l’international et donc j’ai trouvé un point de chute ici à Ho Chi Minh City à la Saigon Institute of Technology (université vietnamienne). Je suis professeur assistant au sein du département appelé « la Business Administration ». Ma principale mission consiste à faire des recherches sur les différences culturelles entre le Viet Nam et la France. Je suis arrivé à Ho Chi Minh City le 5 septembre 2016 et j’en repars très prochainement, le 19 février.

Quel regard portes-tu sur le Viet Nam ?

En fait, j’ai mal commencé mon séjour ici. Je suis arrivé en pleine saison des pluies et je peux vous dire que ce n’est pas du tout comparable avec ce que l’on peut connaitre chez nous. C’est vraiment torrentiel ! Mon appartement du coup était inondé et pour couronner le tout on avait perdu mes bagages à l’aéroport. Bref, plutôt galère comme départ ; heureusement après ce fut beaucoup mieux. Au fil des semaines j’ai appris à connaitre ce territoire vraiment extraordinaire. Ce que je retiens avant tout, c’est la gentillesse des habitants :
Les Saigonnais sont des gens d’une extrême gentillesse

Les Saïgonnais : Des gens bienveillants et attentionnés

Les gens à Ho Chi Minh City sont adorables avec nous, nous étant les occidentaux. Si vous êtes occidental ici et que vous faites preuve d’un minimum de gentillesse à leur égard, ils vous adoptent rapidement et sont extrêmement serviables avec vous. Je pense que c’est une question de culture sans oublier le fait que les locaux ont une vraie fascination pour les occidentaux. Dans mon quartier, le district 12, je suis l’un des seuls occidentaux et du coup lorsque les enfants me voient, ils viennent autour de moi et essaient de me parler anglais. Nous sommes finalement une sorte d’attraction pour eux. Si je devais retenir une chose de mon voyage en terre vietnamienne ce serait celle-ci : cette extrême gentillesse et bienveillance dont font preuve les Saïgonnais que l’on ne retrouve malheureusement pas vraiment chez nous.

Expatrié français à l'université vietnamienne la Saigon Tech

Thibault à l’université vietnamienne la Saigon Tech

Ho Chi Minh City : une ville en perpétuel mouvement

Ensuite ce qui retient mon attention ici à Ho Chi Minh City c’est cette effervescence perpétuelle. On sent que l’on est dans la capitale économique du Vietnam, c’est vraiment différent d’Hanoi marqué par une vieille culture, où la tradition est encore très présente. Ici la ville est toujours en mouvement ; de jour comme de nuit ça bouge. D’ailleurs la circulation, c’est un terrible bazar, il y a toujours des bouchons. Les gens roulent principalement en scooter car les voitures coûtent très chers et ils ne respectent pas vraiment le code de la route. Rouler à contre sens ou griller un feu rouge ça ne leur fait pas peur. En résumé traverser une route là-bas sans manquer de se faire tailler un short, c’est un défi au quotidien. C’est assez déstabilisant au départ.

N’es-tu pas confronté à la barrière de la langue ?

Si bien sûr !
Le Vietnamien est l’une des langues les plus difficiles au monde, plus complexe même que le chinois en raison d’intonations bien particulière. Du coup avec les locaux, j’utilise fréquemment la langue des signes notamment lorsque je veux manger. En revanche dans le cadre du travail, je parle anglais et un peu espagnol.

Pourrais-tu vivre à long terme dans ce pays ?

C’est vrai que la vie ici est très agréable, on peut avoir un train de vie de roi avec peu d’argent, mais de là à m’y installer de manière plus durable, non.
Je suis très attaché à mon pays d’origine, la France : c’est mon vrai port d’attache. Faire des missions de 6 mois dans différents endroits du globe, ce n’est pas un problème, de toute façon je vais être amené à voyager souvent au regard de mon futur métier mais mon foyer, je pense, sera en France.

Tourisme au vietnam pour un étudiant français

Thibault profite de ses temps libres pour découvir l’histoire de ce pays

Avec cet attachement profond pour la France, tu as dû ressentir certains manques, non ?

Oh oui à commencer par la nourriture. Même si ici au Viet Nam on dispose d’une alimentation variée, il y a certains produits made in France qui sont très compliqués à trouver, en premier lieu le fromage et la charcuterie. Sans oublier le pain, la bonne baguette française. Ce manque de bons produits du terroir français est à la longue très pénible. J’ai hâte de rentrer chez moi également pour retrouver un peu de silence, le calme de ma Haute Loire. En France, j’habite à la campagne et c’est vrai que ce bruit incessant qui règne dans le district 12 est éreintant. On se sent constamment agressé par l’environnement extérieur.

Le fromage, la charcuterie et la bonne baguette de pain sont des denrée rares au Vietnam

J’avoue également que les fêtes de Noël m’ont manqué, ce n’est pas toujours facile d’être loin de sa famille à cette période de l’année. En plus ici il n’y a que 2 saisons et en décembre, on a l’impression d’être pratiquement en été. C’est déstabilisant de ne pas voir la neige par exemple.
Après il y a des avantages aussi, on se lève il fait 26 degrés, 28 lorsqu’on se couche. C’est tout de même agréable.

As-tu eu l’occasion d’échanger avec d’autres expatriés français vivant au Vietnam ?

Dans le district 12 ou j’habite, il n’y a pas d’expat français, en revanche dans le district 1 et 2, il y a une grosse communauté française notamment sur mon lieu de travail où je suis avec 4 autres français. Il y a aussi des canadiens, des espagnoles. Il faut savoir que de plus en plus d’étrangers viennent s’installer au Viet Nam car le pays est en pleine expansion avec une croissance économique de l’ordre de 8 à 10 % et puis aussi pour la qualité de vie. On échange quelque fois en soirée sur notre job, notre vie en France. Ils sont nombreux à exprimer leur désir de rester au Vietnam pour monter une compagnie.

Un avis sur OhMyGoodFrance qui veut permettre aux expatriés français de consommer les bons produits du terroir français depuis l’étranger ?

En dépit de mon jeune âge, j’ai derrière moi quelques belles expériences de voyageurs : Italie, Chine, Canada, Nouvelle Calédonie etc… Je pense que c’est bien surtout dans des pays comme l’Angleterre ou encore l’Ecosse ou vous en conviendrez, la nourriture n’est pas exceptionnelle. De même qu’en Amérique du nord ou le rapport à la nourriture n’est pas le même qu’en France. Chez nous, manger ce n’est pas seulement avaler des aliments lorsque l’on a faim, c’est un cérémonial, c’est un acte qui fédère. Nous sommes attentifs à la qualité des produits que nous mangeons. Permettre aux expatriés de consommer des produits français de qualité dans ces pays qui n’ont pas cette culture du bien manger, c’est une bonne idée.

Après le Vietnam, un autre voyage à l’étranger est-il programmé dans un avenir proche ?

Non. Ma priorité pour l’heure c’est de rentrer en France, finir mon mémoire, obtenir mon diplôme et ensuite décrocher un travail. En revanche, j’aimerais visiter la Nouvelle-Zélande, le Pérou mais en tant que touriste.

Un dernier mot

J’invite les personnes à venir découvrir le Vietnam, c’est un vrai beau pays avec des paysages magnifiques et des gens extraordinaires et notamment Hanoï, l’ile de Phu Quoc dans le Sud … avec du fromage et du saucisson dans les bagages c’est encore mieux !

 

 

Les joyaux du Viet Nam

Interview audio de Thibault Figuet

Retrouvez ci-dessous le fichier audio de l’interview de Thibault menée par Gaëlle Tardy

Vous pourriez aussi aimer
1 commentaire
  • Répondre Rémi Ouillon 9 février 2017 à 12 h 39 min

    Bravo et merci Thibault de nous faire voyager à travers cette interview !

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :