Ambassadeurs OMGF

Un inconditionnel de la France du Bon

21 février 2017
Loic Ballet, parrain d'OhMyGoodFrance et produits du terroirs

Il nous fallait un voire deux parrains pour promouvoir notre projet. Alors on a phosphoré, on a émis bon nombre d’idées. Et autant vous dire que pour trouver LA PERSONNE qui faisait l’unanimité, il a fallu bien « brainstormer ». Mais au final on y est arrivés ! On a trouvé le profil parfait en la personne de Loïc  Ballet. Il s’est imposé comme une évidence. C’est un amoureux des produits du terroir, un défenseur du goût et de la qualité, un militant des produits made in France à l’image de son mentor Jean-Pierre Coffe. Chaque semaine, il sillonne les routes de France au guidon de son triporteur pour l’émission Télématin à la rencontre de ces chefs qui promeuvent le bon goût, celles et ceux qui se battent pour préserver la pérennité des produits français. Il défend ce que nous défendons. Ses valeurs sont les nôtres : authenticité, qualité, diversité, partage et transmission. Et en plus c’est un mec ultra sympa, pas le genre « je suis une star de la télé et je vis dans mon petit monde de privilégiés » ; Pas le moins du monde, Loïc Ballet, c’est la convivialité incarnée. Bref, OMGF à la chance de pouvoir compter sur un ambassadeur avec un grand cœur.  

Rencontre avec ce stéphanois qui milite pour le bon goût… comme nous !!!

Bonjour Loïc, pour celles et ceux qui ne te connaîtraient pas encore, peux-tu te présenter ?

Alors je suis avant toute chose stéphanois. J’ai grandi à St-Etienne et j’en suis très fier. Ensuite je peux dire que je suis aussi d’un peu partout en France car avec mon travail je suis amené à me déplacer régulièrement sur le territoire. En effet, j’ai la chance depuis plusieurs années maintenant d’être chroniqueur gastronomique dans Télématin, la première matinale de France depuis 30 ans avec William Leymergie. Et donc pour ma chronique je me rends dans une multitude d’endroits pour rencontrer celles et ceux qui incarnent la gastronomie française. J’utilise pour cela un moyen de locomotion très rigolo qui est rouge et blanc, il s’agit d’un triporteur, le triporteur de Télématin qui est finalement plus célèbre que moi. Le but je vous le disais c’est d’aller à la rencontre des terroirs et de cuisiner ces terroirs in situ. On peut donc aller à 3000 mètres d’altitude dans les Alpes l’hiver et ensuite redescendre au bord de la mer sur  l’ïle d’Oléron par exemple l’été. Bref on découvre pleins de terroirs, la France en regorge, c’est une chance extraordinaire!

Loic Ballet découvre le terroir français au guidon de son triporteur

Loïc Ballet aux commandes de son célèbre Triporteur noir et rouge

Interview Loïc Ballet parrain d'OhMyGoodFrance au contact des chefs et des producteurs

Loïc Ballet se rend sur le terrain pour rencontrer les ambassadeurs de la gastronomie française

Loïc Ballet un stéphanois très attaché aux produits du terroir français

Le chroniqueur gastronomique est très attaché à sa ville d’origine, St-Etienne

Pourquoi as-tu décidé de soutenir Oh My Good France, de devenir parrain de cette start-up. C’est justement en raison de cet amour pour les bons produits français?

 Oui totalement. En fait pour un français, c’est un vrai souci de bien manger c’est presque une religion en fait, donc forcément, loin de chez soi, la première chose à laquelle on pense, c’est la bonne nourriture. Ce qui nous manque quasi à coup sûr c’est le fromage, la charcuterie. Pour ma part, je sais que la première chose que je fais lorsque je reviens d’Asie par exemple, c’est d’organiser une soirée fromage avec pleins de variétés différentes. Ou encore quand je reviens de New York, je me jette aussitôt sur un bon saucisson qui vient de Haute-Loire. Mais finalement tout le monde ne rentre pas en France comme moi. Les expatriés de longue date n’ont pas la possibilité de se rendre directement chez le producteur autant de fois qu’ils le voudraient. Et du coup ce que je trouve génial avec Oh My Good France, c’est que ces gens-là vont pouvoir consommer ces bons produits du terroir quand ils le souhaitent via cette fameuse place de marché sur internet.

OhMyGoodFrance c’est du circuit-court en fait!

C’est un peu l’avenir en fait. C’est l’idée du « circuit court » en quelque sorte. On court-circuite, d’une certaine manière, ces grandes surfaces qui se gavent et s’engraissent bien sur le dos des producteurs . En adhérant à ce principe de plateforme en ligne  proposé  par OhMyGoodFrance ces derniers s’y retrouvent davantage. C’est un peu la philosophie du commerce équitable finalement. Et ça me plait bien!

Cet amour pour la France du bon, pour ces producteurs d’exception  remonte à ta plus tendre enfance, quels sont tes premiers souvenirs liés à ces bons produits français ?

Mes premiers souvenirs de cuisine, c’est avec ma nourrice mais aussi  ma maman. C’est le mercredi, on fait les devoirs et en même temps on cuisine. On goûte différents aliments, des endives par exemples, on se dit qu’on n’aime pas et ainsi de suite. Et finalement ces expériences gustatives m’enrichissent, me permettent d’éduquer mon palais et de façonner ma propre identité culinaire. C’est extraordinaire! J’ai vraiment eu de la chance d’avoir des parents qui m’ont appris à cuisiner mais surtout à choisir les produits, à retourner les étiquettes pour voir ce qu’il y a dedans. Et puis je pense aussi que cet amour du terroir est lié à mes origines géographiques. Je viens de la Loire, un territoire qui regorge de merveilles gastronomiques. On est au carrefour de la vallée du Rhône, de la plaine du Forez, on a l’Auvergne qui n’est pas loin. On a du fromage, on a tellement de bonnes choses sur ce département et ses  environs.

Loïc Ballet parrain d'OhMyGoodFrance avec un grand chef étoilé, jacques Marcon

Loïc ballet avec le chef triplement étoilé, Jacques Marcon

J’ai cotisé un an pour m’offrir une table chez Michel Troisgros

Sans oublier que l’on dispose d’une table triplement étoilée avec la famille Troisgros. Cette famille de restaurateurs ligériens a joué un rôle important dans cette relation presque passionnelle que j’entretiens avec les produits du terroir français. Pour ne rien vous cacher, lorsque j’étais adolescent, j’ai cotisé pendant un an pour pouvoir m’offrir un repas chez Michel Troisgros. A 19 ans précisément, j’ai pris une table dans ce restaurant et je crois que j’ai fini d’attraper le virus de la »bonne bouffe » à cet instant précis. La maison Troisgros est pour moi l’exemple même de ce que représente  la gastronomie française. Elle incarne la simplicité, l’élégance, la sérénité, la transmission avec Michel le papa qui travaille avec son fils César. Et la transmission en cuisine c’est très important. Bref cette expérience-là m’a vraiment marqué à tout jamais.

Loiïc Ballet avec Michel Troisgros

Loïc Ballet , un fervent adepte de la Maison Troisgros.

Des ballades gourmandes immortalisées sur papier

La France des bons produits par Loic Ballet

Parce qu’il n’y rien de mieux que les livres pour offrir aux souvenirs et expériences par nature intangibles, un caractère permanent, Loïc Ballet a décidé d’inscrire non pas dans le marbre mais sur des feuilles de papiers ses tribulations gourmandes aux quatre coins de l’hexagone. A travers son ouvrage baptisée « La France des Bons Produits  » Loïc Ballet  propose de découvrir le meilleur des produits de la France à travers une vingtaine d’itinéraires gourmands. À chaque étape, ce défenseur du goût et de la qualité part à la rencontre des produits qui font la richesse et la spécificité de notre pays, ainsi que des chefs et des tables qui les mettent à l’honneur. Un guide très pratique donc pour celles et ceux qui chercheraient de bonnes adresses. Mais pas seulement, « la France des Bons Produits » est aussi un livre militant, celui d’un homme qui, à sa manière, lutte pour la préservation des produits d’exception et de celles et ceux qui en sont les garants.

La France des Bons Produits 

Bio Express

Bio Express :

Loic Ballet fait ses débuts télé sur la chaîne locale de la Loire TL7. Après un Bac général, il intègre l’École Supérieure de Journalisme de Montpellier avant d’entamer des collaborations avec Onzéo, la chaîne de télévision du club de football de l’ASSE  et  France 3. C’est à la radio qu’il poursuivra son parcours sur France Inter  avec  Jean-Pierre Coffe  et l’émission « Ça se bouffe pas ça se mange » en 2008. En 2010, il commence à  France 2 comme chroniqueur pour l’émission « C’est au programme »  puis Télématin  pour des chroniques gastronomiques aux commandes du triporteur de l’émission. Il sillonne la France à la rencontre des chefs et à la découverte des produits gastronomiques du terroir.
Source :  Wikipédia Loic Ballet

Loïc Ballet sur le plateau de Télématin

Loïc Ballet a intégré la fine équipe de Télématin en 2010

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :